Un auteur spécialiste du Fantastique

  • "Depuis fort longtemps, je suis attiré par tout ce qui touche au fantastique ou à la science-fiction; et passionné de théâtre et de cinéma (enfin plus de cinéma que de théâtre).

  • Quand j'étais enfant, dans les cours de récréation, j'aimais bien me prendre pour mes personnages préférés, surtout ceux interprétés par John WAYNE, Richard WIDMARK, Grégory PECK, Charleton HESTON et Jean MARAIS, mes maîtres à penser dans la matière. Je n'étais alors qu'une pâle copie de héros, je ne savais pas encore ce que pouvait signifier écrire une belle histoire, la mettre en scène et la jouer. Cela n'était alors que des bribes dans ma tête. Ce n'est que plus tard, vers l'âge de 15 ans, que j'ai découvert l'art de l'écriture.

  • Mes premières vraies histoires, "Le Puits du Diable" et "La Porte du Temps ", je les ai écrites à la Réunion, dans le cadre d'un concours d'Histoires Fantastiques, genre dans lequel, depuis, j'excelle. "Le Puits du Diable" a été retenu par le jury qui m'a donné une des meilleures notes. Seulement cinq des meilleures histoires ont été retenues pour la publication. La mienne n'était pas du lot, mais j'étais content car j'avais été lu par des journalistes et des écrivains réunionnais.

  • Toujours à la Réunion, j'écrivis la pièce de théâtre "Dracula", basée sur l'oeuvre de Bram STOKER, mais avec quelques transformations. Avec le professeur de travaux manuels, j'avais mis au point les décors. Avec le professeur de français, j'assumais les répétitions et la mise en scène. C'étaient là, mes premiers pas dans l'art dramatique fantastique, et ceux-ci auraient pu être prometteurs si je n'avais dû quitter l'île de la Réunion : mon père - qui était gendarme à l'époque - venait d'être muté en Métropole (France). Quel affreux dommage! Ici, je n'ai jamais plus retrouvé d'occasions pareilles ; là-bas, il y avait un tel enthousiasme et une telle volonté de participation ! Ah ! Si on avait pu attendre trois mois de plus ! La représentation aurait eu lieu, et moi, je n'aurai plus eu besoin de démontrer mon savoir faire.

  • La pièce n'ayant, malheureusement, pas vu le jour (du moins sans moi), cela n'arrêta point mon désir vital d'écrire. Coup sur coup, en 1982, à l'âge de 16 ans, suivirent trois nouvelles fantastiques et une histoire de science-fiction : "La Malédiction du Loup-Garou", "Le Retour du Loup-Garou", "Le Tueur de la Forêt" et "La Malédiction de l'Epave" (que je compte reprendre plus tard).

  • Durant l'été 1982, je débutais un gros roman-scénario "Le Monde Oublié" - qui parle d'un monde parallèle au notre, peuplé d'animaux préhistoriques - qui allait s'étaler sur cinq années consécutives.

  • En 1985, j'entamais la rédaction du roman policier "Qui Sera Tué Demain ?", une histoire de serial killer que j'abandonnais en cours de route car peu motivé. En été 1985, je repars, en famille, en Martinique et c'est là-bas que je commence l'ébauche de "Ma Guerre", un roman où je me mets dans la peau d'un jeune homme laissé pour mort qui se venge contre la mafia.

  • En 1987, je me lance dans l'ébauche de trois nouveaux romans à sujets fantastiques : "Le Royaume des Abysses", qui conte les aventures d'une jeune sirène ; "La Vallée des Brumes", qui parle d'aventuriers qui affrontent un savant fou qui a découvert la formule d'un brouillard qui rend la vie aux dinosaures ; "L'Affaire Marjorie Pimbleton", sixième grande enquête de Hugues Bracy et d'un de ses chevaliers, la journaliste-photographe-enquêteur Jacques Murneau. Une véritable course contre la montre pour sauver une jeune fille accusée d'un meurtre qu'elle n'a pas commis et l'existence d'un complot fomenté par une secte de loups garous et de vampires, qui se déroule dans les années 1940. En même temps, j'achève la rédaction de "Ma Guerre".

  • En 1988, je réécris ma pièce de théâtre sous le titre de "Délivrance pour Dracula", en changeant entièrement le premier acte, et qui fait partie intégrante, maintenant, de la collection "Ayla, l'Envoyée de Dieu" car le comte vampire y manifeste un réel repentir et une volonté de devenir chrétien.

  • En 1989, en quatre mois, j'écris "Sandrine, l'Enfer Mécanique", une histoire de voiture possédée et tueuse qui se greffe, elle aussi, sur la collection.

  • Fin 1989 à fin 1992, j'écris un roman en deux parties, "La Malédiction des Bolleinchtein", qui conte l'histoire, en détails, de la résistance d'une famille de haute noblesse face à un puissant extraterrestre, et ce roman fait partie, lui aussi, de la collection.

  • De 1993 à 2000, j'entreprends de m'inscrire à des cours de formation d'acteurs donnés sur Salon-de-Provence ; la rédaction des quarante scénarios (actuellement vingt sont déjà écrits) de la série "Ayla, l'Envoyée de Dieu", qui conte l'histoire d'une jeune fille élue par Dieu pour libérer la Terre de la présence des envahisseurs Xénodoriens; de participer à la mise en scène ou à l'interprétation de plusieurs spectacles donnés par le professeur de théâtre ; d'adhérer à la Compagnie du Seigneur de Guerre spécialisée dans les spectacles et prestations médiévaux ; de reprendre la rédaction de "La Porte du Temps" où Hugues Bracy envoie plusieurs missions dans le Temps afin de rechercher sept des huit clefs qui serviront à fermer la Porte du Temps et à bloquer au vingt et unième siècle le dernier des puissants seigneurs xénodoriens ; d'entreprendre l'ébauche de "Rock Aroud The Clock", un drame fantastico-musical au cours duquel Hugues Bracy et Ayla vont se servir des pouvoirs parapsychologiques de la jeune Maria Baldi pour traquer Frank Dodd un serial killer des plus dangereux (l 'histoire se déroule dans les années 50 et 60) ; d'entreprendre la rédaction de la première moitié de "La Colombe et le Chevalier" un drame historique qui conte une histoire d'amour se déroulant durant la croisade albigeoise et qui conte la vie d'Hugues Bracy qui, lui, a vraiment vécu à cette époque.

  • En 2001,je débute l'ébauche de trois grandes enquêtes d'Hugues Bracy, ressuscité au ciel puis renvoyé sur Terre en tant que patron de la Chevalerie de la Foi et de l'Epée et Gardien de la Porte du Temps : "Jehan de Rougemont" qui conte la traque menée par un seigneur du treizième siècle contre le vampire qui a tué sa femme ; "1764-1767 : Terreur en Gévaudan" qui revisite le thème de la Bête en lui donnant une variante plus fantastique et horrifique ; "La Sorcière de Blair" qui conte la lutte contre la présence d'une terrifiante sorcière.

  • En 2001, j'ai décidé de tuer Hugues Bracy dans la catastrophe du World Trade Center ("Hugues Bracy par lui-même et ses témoins") mais il reviendra, ainsi qu'Ayla, sous forme angélique dans "La Malédiction des Bolleinchtein".

  • En 2003, j'écris "La Maison de la Terreur" et "Confrontation avec le Passé" deux histoires de maisons hantées écrites sous fonnes de nouvelles en 1984 ; je reprends "Le Puits du Diable" sous la fonne d'un roman-scénario se passant entièrement sur l'île de la Réunion.

  • En 2004, j'entre dans un club de cinéma amateur pour apprendre à réaliser des courts métrages. Je débute un recueil de nouvelles fantastiques "Jeux Mortels" et l'ébauche de deux nouvelles enquêtes d'Hugues Bracy: "La Dame Blanche" et "Le Fantôme d'Emeric Belasco". Le premier narre l'histoire de la lutte contre un ange extenninateur venu d'un autre monde et qui se passe au tout début de l'Histoire de la Chevalerie de la Foi et de l'Epée, c'est à dire en 1918. Le second conte l'histoire d'une vengeance spectrale.

  • En 2007, en plus de mon travail sur la série "Ayla, l'Envoyée de Dieu" j'ébauche un nouveau roman : "Marjory-Lee Hartwood, chevalier de la Foi et de l'Epée" qui est en fait une sorte de biographie d'un de mes personnages et l'on y devine les prémices de l'invasion xénodorienne. Je commence aussi "Ayla, le Procès de Réhabilitation" qui montre le jeune roi Henri V monter une enquête sur les vices de la procédure qui ont amené Ayla au bûché. Je fais témoigner les personnages qui ont vécu l'occupation xénodorienne et la mission d'Ayla.

  • En 2009, j'ai commencé le plan d'un livre sur les fossiles qui contiendra beaucoup de photos et qui parlera de mon futur projet d'établissement d'un musée d'histoire naturelle. Ma première vraie passion, c'est bien les fossiles. J'en possède une belle collection que je monte petit à petit. Si le musée ne peut voir le jour, l'idée d'un musée virtuel me tente.